Gay tournante sexe viril

gay tournante sexe viril

Ma tête dodelinait de tous les côtés, la bouche à semi ouverte. Allez viens je te raccompagne. Sans attendre plus de mots il me saisit par les dessous de bras et me souleva pour me remettre debout. Je continuais de clamer mon désarroi, je voulais rester, mais il s'en moquait et me fit grimper les marches en m'appuyant sur son épaule.

Il était sur son portable tandis que je continuais à divaguer. Il me la tendit machinalement et je bu toute l'eau qu'elle contenait avant de la laisser tomber par terre.

Nous marchâmes un long moment sans qu'il ne m'adresse la parole. Les rues s'enchainaient sans même que je ne les reconnaissent. On entra dans un immeuble, prit un ascenseur. J'eu l'impression que cette ascension dura des heures. La porte s'ouvrit enfin, j'étais dans un pire état encore que quand j'étais sortit du bar.

Il ouvrit la porte de mon appartement, la ferma derrière nous et m'allongea sur mon lit. Enfin, j'y été arrivé, j'étais chez moi…. Je m'endormis d'un coup tandis que mon cerveau semblait tourbillonner. Je me réveillais quelques minutes plus tard l'esprit tout autant embrumé mais avec un brin de conscience supplémentaire. Ils puaient vraiment, ils me donnaient envie de vomir. Je relevais la tête pour les regarder, ils étaient marrons clairs avec plein de tâche de graisse. Tout comme les murs de cette pièce.

Ma chambre n'avait pas cette taille là ni même ces draps là. Je mer retournais avec difficulté, les yeux roulant dans leur orbite. Le mâle état toujours là, debout, fixe, toute son attention focalisée sur son portable. Que faisait-il… Il prit quelque chose sur l'autre double lit également présent dans la pièce et le posa devant ma tête sans même me regarder.

J'observait cette chose, elle était noir en une sorte de silicone et rectangulaire. De la musique en sortit tout doucement au départ puis de plus en plus forte. C'était un assemblage de basse fréquence et de beats répétitifs agrémentés de fréquences aiguës. Vu mon état, ce son me mit dans une transe improbable. J' n'arrivais vraiment plus à réagir, mon cerveau ne comprenait plus ce qui se déroulait devant moi. Je n'étais pas chez moi, et surtout la raison de mon état venait sans doute du liquide se trouvant dans la bouteille de ce type, mais que voulait-il faire de moi?

C'est alors que je remarquai que je ne portais plus que mon petit boxer. Je me mis alors à gigoter, effrayé par cette situation. Le mâle s'approcha alors de moi, toujours avec son air sévère et me décocha une énorme torgnolle qui me fit oublier ce que je voulais faire. Je restais donc complètement stone devant cette montagne de muscle. Avant que je n'ai réussi à me retourner, je me prit une putain de fessée sur le cul qui me fit gémir. On me baissa le boxer. On m'enfonça alors un énorme doit dans le trou qui me fit grimacer.

Le doigt fit des aller retours frénétiques avant de sortir. Je touche pas cette chienne moi. Le doigt se renfonça de plus belle entre mes fesses imberbes et me ramona. On me les enfonça ensuite dans la bouche en m'insultant de salope et de pute à merde.

Pendant qu'on me salissait la gueule avec des doigts sales une queue me défit les entrailles. Je morflais, pas de lubrifiant, pas de salive, juste le frottement entre ma chatte et la bite. Cette queue me semblait énorme, elle ne cessait de se planter dans mon trou qui me brûlait de douleur.

Enfin elle entama sa ressortit mais elle se lança dans de frénétiques aller retours. Je sentais le mec qui me cassait la chatte allongé sur mon dos. Il respirait fébrilement en me traitant de chienne, de garage à bite. J'entendis à nouveau la porte se rouvrir. Il n'y eu pas d'échange de paroles, seuls quelques bruit de papiers froissés et des pas qui s'approchaient de moi.

Je vis alors une montagne se planter devant mes yeux explosé. On me souleva la tête, m'appuya sur les joues pour me faire ouvrir la gueule et m'enfonça une énorme queue dans la gorge. J'étais empalé des deux côté, incapable de réagir ou même de parler. Je me contenter d'emettre de léger sons, des couinements, des râles. Ma gueule, déformée par l'imposant membre qui me limait le gosier produisait des bruit de cavité creuse et mouillée.

Quand la queue de dernière sortais, celle de devant s'enfonçait encore plus dans ma gorge et inversement. La bite qui me tronchait la chatte s'enfonça soudain au maximum et ne bougea plus. Je sentis alors du sperme gicler dans mes entrailles. La queue sortie et ne recentra plus. La bite à l'avant en revanche n'avait de cesse de me démonter le palais. J'avais la gueule trempée de salive tant il me pilonnait la gorge. La queue sortit de ma gorge, me laissant enfin respirer.

Le gars me tira au bord du lit de manière à ce que mon cul coulant de foutre et grand ouvert se trouve sur la tranche. La bite s'enfonça lentement en moi, je finis par gémir de douleur mais un peu de plaisir. Décrasser leur queues après? Qu'est-ce que ça voulait dire? La bite replongea dans mes entrailles et me fouilla le ventre, me secouant rapidement et férocement.

Je morales tellement et personne ne venait m'aider. Mon esprit ne pouvait luter. Je me mit à gémir come une chienne, me cambrant de plus en plus. Trop drogué pour réfléchir j'obéis et attrapais chacune de mes fesses d'une main pour bien les écartés.

La queue me démolissait l'intérieur, je sentais que mon cul n'arrivait plus à se refermer. Le gars se mit alors à hurler et me démonter vraiment le trou. J'en tremblais de partout tandis que son foutre se répandait dans mon fondement. Il sortit mollement sa queue commençait à perde de la taille et me retourna pour que j'ai la gueule pendante dans le vide.

Il plia les genoux et me présenta sa queue toute merdeuse devant la bouche. Sans pouvoir réfléchir je le lançais l'enfoncer dans ma gorge.

Lorsque je comprit qu'elle était recouverte de ma merde j'eu un haut le coeur et me vomi dessus tandis que le gars éclatait de rire et sortait sa queue de ma gueule avant de partir. Je restais là, vautré sur le dos, la chatte baillante, la gueule puant la merde et le vomi, j'étais pitoyable. Je restais ainsi plusieurs minutes jusqu'à ce que je sois réveillé par une grosse claque dans ma gueule.

J'étais tripoté de partout, par de nombreuses mains, je ne pouvais pas les dénombrer. Mon cul était malmené par quelque chose d'énorme tandis que d'autres mains me caressaient et me claquaient les fesses, mes les écartant, malaxant, pinçant. Je prenais très très très cher… D'autres mains me frappaient le corps tandis qu'une queue reposait sur ma gueule de minet drogué alors qu'on me baffait les joues.

La queue s'enfonça doucement dans ma chambre tandis que j'entendis des bruit de flash, des râles masculins, la pièce semblait remplie de mâles en rut. On me souleva, m'empala sur une queue, je reposais donc à présent sur un buste musclé et velu, la queue revint se planter dans ma gueule mais surtout ma chatte reçu une autre bite. Elle força mon anneau anal et dans un sursaut s'enfonça d'un coup dans mes entrailles. Je me laissais balancer au rythme des queues qui me ramonaient.

Je prenais de plus en plus de plaisir. Du sperme jaillit dans ma gorge et je ne pu tout avaler tant le chibre en déchargeait. Le reste du foutre vint couler mollement le long de ma enchausser inférieur qui pendait d'une manière minable. Ma bouche fut aussitôt remplit à nouveau par un sex plus court mais surtout plus large qui me déforma les joues et la gorge. Une claque accompagna se changement. Une queue sortit de ma chatte après avoir juté je suppose, jetais trop ouvert pour le sentir à présent.

Mon cul produisait des son écoeurant mes tellement excitant. Tout ce foutre me rendait dingue, j'étais au paradis. Site de vente d'accessoires pour le plaisir: Afin de ne pas être pris de cours en cas d'une possible disparition des blogs sur la plate-forme "Erog" je viens de créer un nouveau blog sur la plate-forme "Blogspot": Je mettrai désormais les articles simultanément sur les 2 blogs et je récupèrerai progressivement d'anciens articles pour alimenter mon nouveau blog.

La fête du jour sur votre site avec fetedujour. Je rappelle que seul le préservatif est efficace pour éviter la transmission des MST notamment le sida!

Par Chris - Publié dans: Communauté gay Ecrire un commentaire 0 - Voir le commentaire - Voir les 0 commentaires. Gémissements du passif quand une bonne bite visite son joli fion! Un jeune duo baise dans des lieux publics parking, chiottes! Communauté gay Ecrire un commentaire 1 - Voir le commentaire - Voir les 1 commentaires.

..

: Gay tournante sexe viril

Gay tournante sexe viril 774
SUCE ZOB BELLE BAISE GAY Et soudain je m'effondrais, me cognais la tête contre le lavabo avant de me tomber littéralement dessus. Il me la tendit machinalement et je bu toute l'eau qu'elle contenait avant de la laisser tomber par terre, "gay tournante sexe viril". C'est donc en sortant un T-shirt blanc et un jean bien taillé bleu clair de mes cartons que je sortis de mon nouveau chez moi pour me rendre dans le marais. Cette queue me semblait énorme, elle ne cessait de se planter dans mon trou qui me brûlait de douleur. Je voulu me retourner mais je manquais une marche tant ma tête tournait. Des bruits de pas se firent entendre.
ZOB POILU LA GROSSE BITE A PAPA J'y trainais longuement dans les rues avant de tomber sur un bar, le Raidd Bar. Autres histoires de l'auteur: Je tournais la tête pour voir le mâle exhiber ses billets de 10 et Pour consulter le site Internet du sauna de mes potes à Vincennes cliquez sur le petit ourson sur la droite du blog: Faire un don juste pour aider Simple et anonyme. Mon cul était malmené par quelque chose d'énorme tandis que d'autres mains me caressaient et me claquaient les fesses, mes les écartant, malaxant, pinçant. Les maladies sexuellement transmissibles.
Mecs alsace bite parfaite Un été bien rempli La bite qui me tronchait la chatte s'enfonça soudain au maximum et ne bougea plus. Les rues s'enchainaient sans même que je ne les reconnaissent. Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart. Je continuais de clamer mon désarroi, je voulais rester, mais il s'en moquait et me fit grimper les marches en m'appuyant sur son épaule. J'étais empalé des deux côté, incapable de réagir ou même de parler. Communauté gay Ecrire un commentaire 1 - Voir le commentaire - Voir les 1 commentaires.
9 févr. Pour les gay, la cité reste un fantasme très présent sur les tchats et cela Bareback · Bordeaux · Sex · Fuck · L'amour · Plage · Viril · Tournante. 17 janv. Du sexe hard en pleine nature entre mecs virils & sexe! Hetero · Jus · Font · Son · Drague · Qui. gay tournante mec musclé grosse bite. 1 juil. Published by gay tournante beur gay amateur on Branlette · Bareback · Bordeaux · Sex · Fuck · L'amour · Plage · Viril · Tournante.

Plan cul gay perigueux daddy homo

Je rappelle que seul le préservatif est efficace pour éviter la transmission des MST notamment le sida! Par Chris - Publié dans: Communauté gay Ecrire un commentaire 0 - Voir le commentaire - Voir les 0 commentaires. Gémissements du passif quand une bonne bite visite son joli fion! Un jeune duo baise dans des lieux publics parking, chiottes!

Communauté gay Ecrire un commentaire 1 - Voir le commentaire - Voir les 1 commentaires. Duo au sauna avec pelle au jus! Pour consulter le site Internet du sauna de mes potes à Vincennes cliquez sur le petit ourson sur la droite du blog: Le blog de Chris Catégorie: Blog de vidéos gays: On me baissa le boxer.

On m'enfonça alors un énorme doit dans le trou qui me fit grimacer. Le doigt fit des aller retours frénétiques avant de sortir. Je touche pas cette chienne moi. Le doigt se renfonça de plus belle entre mes fesses imberbes et me ramona.

On me les enfonça ensuite dans la bouche en m'insultant de salope et de pute à merde. Pendant qu'on me salissait la gueule avec des doigts sales une queue me défit les entrailles.

Je morflais, pas de lubrifiant, pas de salive, juste le frottement entre ma chatte et la bite. Cette queue me semblait énorme, elle ne cessait de se planter dans mon trou qui me brûlait de douleur. Enfin elle entama sa ressortit mais elle se lança dans de frénétiques aller retours. Je sentais le mec qui me cassait la chatte allongé sur mon dos.

Il respirait fébrilement en me traitant de chienne, de garage à bite. J'entendis à nouveau la porte se rouvrir. Il n'y eu pas d'échange de paroles, seuls quelques bruit de papiers froissés et des pas qui s'approchaient de moi. Je vis alors une montagne se planter devant mes yeux explosé. On me souleva la tête, m'appuya sur les joues pour me faire ouvrir la gueule et m'enfonça une énorme queue dans la gorge.

J'étais empalé des deux côté, incapable de réagir ou même de parler. Je me contenter d'emettre de léger sons, des couinements, des râles. Ma gueule, déformée par l'imposant membre qui me limait le gosier produisait des bruit de cavité creuse et mouillée. Quand la queue de dernière sortais, celle de devant s'enfonçait encore plus dans ma gorge et inversement.

La bite qui me tronchait la chatte s'enfonça soudain au maximum et ne bougea plus. Je sentis alors du sperme gicler dans mes entrailles. La queue sortie et ne recentra plus. La bite à l'avant en revanche n'avait de cesse de me démonter le palais. J'avais la gueule trempée de salive tant il me pilonnait la gorge.

La queue sortit de ma gorge, me laissant enfin respirer. Le gars me tira au bord du lit de manière à ce que mon cul coulant de foutre et grand ouvert se trouve sur la tranche.

La bite s'enfonça lentement en moi, je finis par gémir de douleur mais un peu de plaisir. Décrasser leur queues après? Qu'est-ce que ça voulait dire? La bite replongea dans mes entrailles et me fouilla le ventre, me secouant rapidement et férocement. Je morales tellement et personne ne venait m'aider.

Mon esprit ne pouvait luter. Je me mit à gémir come une chienne, me cambrant de plus en plus. Trop drogué pour réfléchir j'obéis et attrapais chacune de mes fesses d'une main pour bien les écartés.

La queue me démolissait l'intérieur, je sentais que mon cul n'arrivait plus à se refermer. Le gars se mit alors à hurler et me démonter vraiment le trou. J'en tremblais de partout tandis que son foutre se répandait dans mon fondement. Il sortit mollement sa queue commençait à perde de la taille et me retourna pour que j'ai la gueule pendante dans le vide.

Il plia les genoux et me présenta sa queue toute merdeuse devant la bouche. Sans pouvoir réfléchir je le lançais l'enfoncer dans ma gorge. Lorsque je comprit qu'elle était recouverte de ma merde j'eu un haut le coeur et me vomi dessus tandis que le gars éclatait de rire et sortait sa queue de ma gueule avant de partir.

Je restais là, vautré sur le dos, la chatte baillante, la gueule puant la merde et le vomi, j'étais pitoyable. Je restais ainsi plusieurs minutes jusqu'à ce que je sois réveillé par une grosse claque dans ma gueule. J'étais tripoté de partout, par de nombreuses mains, je ne pouvais pas les dénombrer.

Mon cul était malmené par quelque chose d'énorme tandis que d'autres mains me caressaient et me claquaient les fesses, mes les écartant, malaxant, pinçant. Je prenais très très très cher… D'autres mains me frappaient le corps tandis qu'une queue reposait sur ma gueule de minet drogué alors qu'on me baffait les joues.

La queue s'enfonça doucement dans ma chambre tandis que j'entendis des bruit de flash, des râles masculins, la pièce semblait remplie de mâles en rut. On me souleva, m'empala sur une queue, je reposais donc à présent sur un buste musclé et velu, la queue revint se planter dans ma gueule mais surtout ma chatte reçu une autre bite. Elle força mon anneau anal et dans un sursaut s'enfonça d'un coup dans mes entrailles. Je me laissais balancer au rythme des queues qui me ramonaient.

Je prenais de plus en plus de plaisir. Du sperme jaillit dans ma gorge et je ne pu tout avaler tant le chibre en déchargeait. Le reste du foutre vint couler mollement le long de ma enchausser inférieur qui pendait d'une manière minable. Ma bouche fut aussitôt remplit à nouveau par un sex plus court mais surtout plus large qui me déforma les joues et la gorge. Une claque accompagna se changement. Une queue sortit de ma chatte après avoir juté je suppose, jetais trop ouvert pour le sentir à présent.

Mon cul produisait des son écoeurant mes tellement excitant. Tout ce foutre me rendait dingue, j'étais au paradis. Les gars pataugeaient dans le foutre contenu par mes trous, c'était génial, tellement bon de savoir que j'avais reçu autant de jus de jouissance d'autant de mâles différents. L'espace dans ma chatte fut à nouveau comblé par une queue de taille moyenne. L'autre queue encerclée par mon cul se retira également.

Ce petit jeu continua pendant de longues heures, les queues s'enchaînant, se remplaçant, une vraie tournante et je biffais ça, sentir des mecs se branler avec mes trous. Je n'avais aucun intérêt seul leur plaisir importait. C'est alors que la dernière queue gicla dans ma chatte béante, mon cul laissa couler sans doute les 5 foutres précédents qui vinrent se répandre sur cet énorme chibre.

Cette même queue vint se présenter à ma gueule qui l'accepta sans sourciller malgré la couche de merde et de jus bien gras et blanc qui la recouvrait. Je la décrassait entièrement avant de finir par me vomir dessus tant le gout était infâme.

La queue sortit de ma gorge, fut rangée dans le froc de son proprio qui sortit en fermant la porte derrière lui. Maintenant il faut allez dormir. Il posa ses billets et s'approcha de moi un torchon blanc à la main.

Il me plaqua contre le nez et la bouche. L'effet fut quasi immédiat, je sombrait sur l'instant. Envoyez moi des mails pour me dire ce que vous avez pensé de mon histoire, pour me poser n'importe quelle question et m'informer de votre volonté de voir une suite apparaitre.

Autres histoires de l'auteur: Ma Famille 17 Ça craint 17 Pompé mon frère 15 Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs. Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart. Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires - - - - - - - - - - - - - - - - Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul. Faire un don juste pour aider Simple et anonyme. Minet en tournante Voilà 3 jours que j'étais sur Paris, je venais d'y emménager pour mes études.

C'est alors que j'entendis la porte s'ouvrir. Des bruits de pas se firent entendre. Il n'y eu aucune réponse. Je tournais la tête pour voir le mâle exhiber ses billets de 10 et Les maladies sexuellement transmissibles. Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches: Je suis la salope de mon père. Ma première grosse bite.

Après midi pluvieux au Sauna.

Baise en lycra belles fesses gay

Gay tournante sexe viril